Sigmao

Ressources pour la Gestion de Maintenance Assistée par Ordinateur

June 13th, 2011

Evolution de la maintenance à travers le temps dans le monde

Uncategorized, by A.S.

On peut se demander comment on en est arrivé à la GMAO et surtout d’où est venu le besoin dans ce domaine…

Voyons ce que l’histoire nous raconte…

Avant 1950, l’industrie se contentait de réparer ou de dépanner en cas de panne. En France, le terme utilisé à l’époque était « L’entretiens ». Cette différence de vocabulaire n’est pas un phénomène de mode, mais marque une évolution de concept. Le terme maintenance est apparu dans les années 1950 aux États-Unis.

Progressivement, et surtout après la crise internationale du pétrole dans les années 70, une attitude plus positive vis-à-vis de la défaillance voit le jour. Il faut tirer une leçon de l’apparition d’une panne pour mieux réagir face aux aléas de fonctionnement.

Le terme « maintenance » se substitue à celui d’« entretien » qui signifie alors « Maintenance corrective ».

Entretenir, c’est dépanner, réparer pour assurer le fonctionnement de l’outil de production. Entretenir, c’est subir le matériel.

Progrès de la recherche, de l’évolution, de l’état d’esprit:

Industrie → Automatisation Des Process

Entretien → Maintenance

Subir → Maitriser

Depuis 1950, commence les premières mises en place d’entretiens systématiques ou les Visites et remplacements systématiques.

Les visites et les remplacements de matériel sont effectués selon un échéancier établi suivant le temps ou le nombre d’unités d’usage. À chaque visite, on détermine l’état de l’organe qui sera exprimé soit par une valeur de mesure (épaisseur, température, intensité, etc.), soit par une appréciation visuelle. Et on pourra interpréter l’évolution de l’état d’un organe par les degrés d’appréciation : Rien à signaler, Début de dégradation, Dégradation avancée et Danger.

Par principe, la maintenance préventive systématique est effectuée en fonction de conditions qui reflètent l’état d’évolution d’une défaillance. L’intervention peut être programmée juste à temps avant l’apparition de la panne.

Vers 1960, On rencontre les débuts de la mise en place de techniques de contrôle non destructif (ultrasons, radiographie …), c’est le début de la maintenance conditionnelle.

Elle permet d’assurer le suivi continu du matériel en service, et la décision d’intervention est prise lorsqu’il y a une évidence expérimentale de défaut imminent ou d’un seuil de dégradation prédéterminé.

Back Top